L’Avenir de l’IT
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Stockage de données : des utilisateurs témoignent sur leurs priorités

Joanna_K

L’opticien Krys Group, le CROUS de Paris, la ville de Versailles sont venus à Paris témoigner et échanger avec la presse ce 2 février, à l’invitation de HPE France. Ils ont pointé les enjeux du stockage de données : où sont les priorités ? Qu’apporte l’option ‘full flash’ ? Comment s’orienter vers la continuité de service ? 

stockage.JPG

(de g. à dr.)  Guillaume Ors, DSI de la ville de Versailles, Chaofeng Yu, DSI du CROUS de Paris, Gilles Gaumont, p-dg d’Adista et Xavier Laurent, directeur technique de Krys Group.

En ouverture du débat, le cabinet PAC a souligné la pression que subissent les DSI face à la croissance vertigineuse des données. Sur 206 managers IT interrogés en France, 44% déclarent avoir déjà dépassé le seuil des 300 tera-octets. Et ce n’est pas fini. En moyenne, la volumétrie a été multipliée par 9 en cinq ans… « mais pas les budgets », a relevé Vincent Malka, ‘principal consultant IT Infrastructure & Cloud’. 

Priorité aux projets innovants 

Pour 58% des responsables IT, le premier challenge reste la réduction des coûts d’investissements (CapEx) ; pour 47% ce sont les coûts de fonctionnement (OpEx) et pour 38% une meilleure allocation des systèmes de stockage en fonction de l’évolution de la valeur des données.

« On voit un recul des budgets sur les infras au profit de projets innovants. Faire le lien entre la valeur des données et l’infrastructure de stockage est devenu primordial » 

Où vont les investissements en priorité ? Au stockage ‘full flash’ (42% des répondants), au SDS (software defined storage) (30%) à égalité avec une infrastructure hyperconvergée, et ensuite au stockage objet (25%). 

Les priorités d'investissements en matière de stockage de données. Source PAC, 02 2018.png

Autre constat : « Le développement de catalogues de services s’impose pour rationaliser le stockage en fonction de la criticité de la data, de sa valeur et du degré de disponibilité souhaité ».

Simplifier, transformer, optimiser…

Prenant le relais, Thierry Auzelle, directeur de la division Hybrid IT de HPE France, a insisté sur la nécessité de « simplifier l’informatique » dans un contexte « bimodal » où s’imposent la transformation des datacentres (vers l’autonomie, l’auto-réparation, etc.), l’optimisation de la mobilité, la connectivité IoT.

La proéminence du stockage ‘flash’ se vérifie : en moins de 2 ans, la part de chiffre d’affaires est passée de 50% à 85% chez HPE France.  Autre constat : « Le coût au Go cède le pas à l’argument du TCO global et à celui de la création de valeur ». 

Le best-seller actuel chez HPE ? C’est la baie 3PAR StoreServ 9450 /20K, caractérisée par la fonction ‘tier 3’ pour la haute et très haute disponibilité. Autre ‘winner’, la baie 3PAR 8000.

A noter que logiciel Infosight de HPE Nimble Storage (vecteur de prédictibilité, grâce à ses algorithmes) va être porté sur les baies 3PAR et Synergy. Et la future plateforme de supervision OneSphere permettra bientôt de piloter l’ensemble de l’offre de stockage de HPE. 

Le CROUS de Paris prépare un PRA avec mutualisation

Le CROUS de Paris est en voie de mutualisation avec le CROUS de Créteil et celui de Versailles. A lui seul, celui de Paris héberge 6.600  étudiants (sur 340.000), gère 59 restaurants où sont servis 3,5 millions de repas par an. Dans ce contexte, les missions de la DSI sont multiples, a expliqué Chaofeng Yu, DSI : accompagner et faire communiquer les métiers et l’ensemble des usagers ; et apporter tout un ensemble de services aux étudiants : restauration, monétisation des systèmes d’encaissement (mise en place du porte-monnaie électronique en temps réel, à partir des smartphones, ou de cartes de paiement sans contact).
A terme, entre Paris, Versailles et Créteil, il n'y aura qu'un seul datacentre de production, qui sera construit d'ici à fin 2019 et un datacentre pour le PRA sur le site actuel de Paris.

En 2017, un appel d’offres a conduit au choix de Nimble Storage (porté par Deletec), face à EMC, HPE 3PAR, NetApp. 

Initialement, une configuration de stockage hybride (unités flash SSD et disques classiques) avait été retenue pour des raisons de couts et de performances. Le 'full flash' était apparu trop cher. Après négociation et nouvelle évaluation de l’ensemble des coûts, c’est l’option ‘full flash’ qui l’a finalement emporté.
« A moyen terme, cette option du 'full flash' offre des accès plus rapides pour un cout raisonnable. La maintenance des unités est incluse (vieillissement des cellules qui sont remplacées). », commente Chaofeng Yu. 

Actuellement, le stockage de l’ensemble des données du SI du CROUS de Paris tient sur 5 To utiles (après compression, déduplication) ou 14,5 To sans optimisation.
A terme, en 2022, le volume total devrait avoisiner les 60 To.

Ville de Versailles : à fond sur la démat’

La ville de Versailles, vue par son DSI, doit d’abord se mettre à l’heure de la dématérialisation des marchés et des services. « Nous avons fait le choix d’un flexiBUS et d’une architecture linéaire, pour être moins dépendant des fournisseurs et apporter le maximum de services modernes, en ligne, accessibles 24h24 à partir d’un smartphone », résume Guillaume Ors, DSIN de la Ville de Versailles et Versailles Grand Parc. 

Il a fallu commencer par une refonte de l’infrastructure IT, dont celle du stockage des données pour accueillir les data de tous les métiers sur des plateformes internes. « Nous n’avons pas trouvé de cloud souverain assez performant ». 

« Nous avons retenu des baies parmi les plus performantes, une HPE 3PAR supportant 2 fois 100 To, complétée par une autre de 2 fois 50 To. Lors d’une coupure de courant EDF, nous avons pu vérifier le support 24/24 de HPE, avec tous les niveaux d’expertise requis, de façon urgente. Nous avons dû travailler ‘non stop’ sur 24h. Les équipements se sont révélés plus résilients et performants que nous l’imaginions.  

Pour les utilisateurs, ce fut peu perceptible ; car les traitements sur les bases de données ne sont heureusement pas directement dépendants des arrêts survenant sur les baies de stockage »

Les nouveaux chantiers concernent la création d’ici à 2019 d’un « concentrateur » en interne, avec réplication, pour des traitements ‘deep learning’, y compris sur des bases Open data.

Krys Group : priorité à la haute disponibilité

Revendiquant la première place des enseignes opticiennes en France, Krys Group veut se différencier, notamment face à la concurrence sur Internet. D’où son application Convergence - un développement spécifique - qui rehausse l’expérience client auprès des 6.000 opticiens de son réseau de vente. 

« Nous mettons un point d’honneur à maitriser notre chaine informatique, avec l’intégration de certaines solutions tierces, jusqu’à notre usine de fabrication de verres en France dans les Yvelines », a expliqué Xavier Laurent, directeur technique et prospective technologique de Krys Group.

Le système d’information est confié à un hébergeur, la société Adista, qui répond à la certification ’Santé’. En décembre 2017, ce dernier a effectué une migration de l’informatique de Krys Group sur une nouvelle plateforme composée de serveurs HPE et d’unités de stockage HPE 3PAR. 

« Nous avions comme critère une très haute disponibilité, 7 jours sur 7. Nous constatons que les performances ont été améliorées et s’avèrent très satisfaisantes. Nous allons continuer dans l’innovation, par exemple en proposant des services de commandes en ligne, à partir de solutions de reconnaissance d’images », conclut Xavier Laurent.

0 Compliments
À propos de l'auteur

Joanna_K

Social Media Lead HPE France

Evénements
See posts for dates
See posts for locations
HPE at 2018 Technology Events
Learn about the technology events where Hewlett Packard Enterprise will have a presence in 2018.
Lire plus
See posts for dates
Online
HPE Webinars - 2018
Find out about this year's live broadcasts and on-demand webinars.
Lire plus
Voir tout