Blog HPE, France
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

L’Open Infrastructure : entre économies et responsabilités

Le numérique a bouleversé l’ordre établi dans bien des domaines et a donné naissance à une nouvelle économie totalement centrée sur les données. De nouvelles formes d’entreprises sont apparues symbolisées par les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Géants du Web et du cloud, leur activité repose sur de nombreux et imposants data centers dont la puissance ne cesse de croitre. Certaines de ces entreprises installent 100.000 serveurs par an et pour cette raison on les appelle également des « hyperscalers ». Pour adresser ces profils atypiques HPE propose une offre d’infrastructure ouverte : La Cloudline

visuel blog2.png

 

Les géants du web confrontés à des défis hors du commun. Toute leur activité est centrée sur l’acquisition et l’exploitation extrême des données. Ils ont développé une véritable expertise logicielle pour concevoir des algorithmes d’intelligence artificielle et être en mesure de créer constamment de nouveaux services. Le numérique est à la fois leur savoir-faire et leur raison d’être. Le nombre et la taille de leurs data centers les a amenées rapidement à rechercher des solutions à moindre coût et extrêmement évolutives (hyper scalables). Au-delà même du coût des équipements, ces entreprises font face à des problèmes techniques et financiers liés à l’alimentation électrique et au refroidissement de leurs gigantesques data centers. C’est ainsi qu’en 2009, Facebook a lancé un projet pour concevoir un data center offrant la meilleure efficacité énergétique au monde. En 2011 Facebook a rendu ce design public et a lancé avec Intel et Rackspace le projet Open Compute Plateform OCP. Plus tard en 2015 Facebook entamait la même démarche pour le réseau. Les sociétés comme Facebook utilisent leurs compétences dans le développement logiciel pour placer l’intelligence de la gestion d’infrastructure dans le logiciel et reléguer les fonctions les plus simples au matériel. 

Des attentes différentes vis-à-vis des fournisseurs d’infrastructures. S’adresser à un constructeur comme HPE, leader sur le marché des serveurs de surcroît est rassurant mais les grands acteurs du Cloud, de l’hébergement et du Web attendent également de leur fournisseur que celui-ci puisse livrer des quantités importantes d’équipements de manière régulière et fiable et souvent sur différentes zones géographiques. HPE a donc défini une gamme de plateformes ouvertes avec Cloudline pour les entreprises confrontées à l’installation régulière d’importants volumes de serveurs.  Les serveurs Cloudline, préassemblés dans des racks, ne contiennent ni logiciel, ni microcode, ni aucun service de données contrairement aux gammes HPE Proliant et Apollo. C’est à la charge de l’entreprise de mettre en place l’infrastructure logicielle pour assurer la résilience et les services de données. Pour l’entreprise qui veut se conformer aux designs OCP, HPE propose le modèle CL7100 avec un rack spécifique qui répond à des exigences comme le free cooling ou le câblage aérien. 

La tentation de l’Open Infrastructure. Baisser les coûts du matériel, réduire drastiquement  la consommation électrique et les besoins en refroidissement, voilà qui pourrait faire rêver plus d’une direction informatique. L’Open Infrastructure repose sur un transfert de responsabilité, le fournisseur ne procure plus aucun service de données qui devient du ressort de l’entreprise. C’est une approche « Do It Yourself ». Les entreprises numériques, les grands hébergeurs, les grands fournisseurs de cloud disposent en général d’équipes techniques importantes et peuvent assumer ce transfert de responsabilité et cette charge de travail justifiée par l’économie d’échelle. Les entreprises traditionnelles sont quant à elles déjà tiraillées entre le souci de fiabiliser la production et la capacité d’innover. Leurs directions informatiques ont plus un impératif de fournir de nouvelles infrastructures aux métiers que de dépenser du temps et des ressources pour développer des couches d’infrastructures logicielles. Elles peuvent malgré tout bénéficier d’un bon compromis en s’orientant vers des serveurs standards et optimisés, de type Proliant ou Apollo, accompagnés de solutions de software Defined.  La gamme Cloudline cible d’avantage les entreprises ayant une croissance extrêmement forte à gérer ou qui la prévoient à moyen terme.

 

visuel blog1.png

 

 

Les grands acteurs du web et du cloud jouent le rôle de laboratoires grandeur nature. Repoussant sans cesse les limites des data centers, leurs travaux et leurs expériences peuvent bénéficier à toutes les entreprises. Il serait cependant illusoire et risquer de vouloir répliquer à l’identique les méthodes de ces sociétés atypiques si on n’est pas soi-même confronté à ces problèmes « d’hyperscalabilité ». Entre Open infrastructure et infrastructure standard et optimisée tout est affaire de culture, de méthode et de stratégie qui dépendent du contexte de chaque entreprise.

 

0 Compliments
À propos de l'auteur

Cedric_V