Blog HPE, France
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

SimpliVity : les entreprises pourront se consacrer à leur métier

 

par Christophe Lambert, Directeur Technique Storage, Sauvegarde & Hyper-Convergence, HPE France

Les applications ont perdu patience. Pendant trop longtemps elles n’ont eu d’autres choix que de se plier aux contraintes de la production informatique. C’est désormais fini car les entreprises misent tout sur les applications pour rester en course dans un monde où le numérique a bousculé l’ordre établi. Bientôt ce sont les applications qui piloteront les infrastructures à l’image de l’équipe de course de Red Bull qui a choisi l’hyperconvergence avec Simplivity pour mener la course en tête (lire le communiqué de presse).

Simplivity 1.jpg

L’IT a hérité d’infrastructures complexes. Historiquement les applications étaient monolithiques et fonctionnaient sur une infrastructure matérielle qui leur était souvent dédiée. Les modifications se planifiaient et s’espaçaient dans le temps. Avec le temps les infrastructures IT sont devenues plus complexes empilant de nombreuses couches de composants matériels et logiciels. Au début des années 2000 sont arrivés des réseaux de stockage (SAN) pour en mutualiser l’usage. La gestion de telles infrastructures est devenue un véritable casse-tête pour les productions informatiques. A chaque modification ou ajout d’un composant elles doivent s’assurer de la compatibilité de l’ensemble et procéder aux mises à jour nécessaires en s’appuyant sur les « matrices de compatibilité » ou les « validated design » fournis par les constructeurs.  Au bout du compte des jours, voire des semaines, avant de pouvoir mettre l’infrastructure requise à disposition de l’application. A ces délais viennent s’ajouter les problématiques d’alignement des cycles de maintenances avec les cycles d’achat.

[vidéo]

Simplivity2.png

 

Les applications modernes plus exigeantes envers les infrastructures. Si on a réussi à vivre avec jusqu’à présent, cela ne sera bientôt plus tenable.  Les applications modernes sont conçues différemment et affichent des exigences bien plus fortes. Elles utilisent les technologies web, des microservices et leur architecture se répartit sur de nombreux composants d’infrastructure en grande partie virtualisés. Afin de rester en phase avec les attentes du marché et des clients, les entreprises produisent de plus en plus d’applications et les modifient fréquemment. Impossible d’attendre le bon vouloir des infrastructures. L’engouement pour les méthodes DevOps est assez révélateur du besoin criant d’aligner les équipes de production avec celles du développement. Une obligation pour s’affranchir des silos qui pénalisent la fluidité des processus entrant en jeu tout au long du cycle de vie d’une application.

Simplivity3.png

La gestion opérationnelle doit être plus simple. C’est dans ce contexte de simplification que s’inscrit l’arrivée des systèmes hyperconvergents. Ces systèmes ont profité de la généralisation de la virtualisation et de la possibilité de mutualiser l’ensemble des disques internes des serveurs. Le nombre de composants est réduit de manière importante. L’administration des équipements matériels se limite au minimum, tout se réalisant par le biais des machines virtuelles.

La simplification opérationnelle est le premier atout des systèmes d’hyperconvergence. Simplivity a poussé encore plus loin cette simplification opérationnelle en intégrant les services de données incontournables. Les outils de sauvegardes et de protection de données sont nativement inclus dans l’architecture Simplivity. Dans une seule et même « appliance » Simplivity contient toutes les briques d’infrastructures et les services de données pilotés par un seul logiciel Omnistack.

 

Simplivity4.pngToutes les entreprises peuvent gagner en performances. Toutes les applications virtualisées sont susceptibles d’utiliser Simplivity quelle que soit la taille de l’entreprise. Simplivity évolue, sans interruption de service, d’un simple nœud (contenant traitement et stockage) à une fédération de nombreux nœuds. Slimplivity a porté une attention toute particulière à l’efficacité de la donnée. La carte d’accélération (OAC Omnistack Accelerator Card) prend en charge toutes les opérations de compression et de déduplication. Les processeurs des serveurs sont ainsi totalement déchargés de ces tâches et peuvent se consacrer entièrement au traitement de l’application. Les opérations de compression et de déduplication sont effectuées dès l’ingestion des données optimisant à la fois l’espace de stockage et les opérations d’entrées sorties.

L’hyperconvergence représentait au deuxième trimestre 2017 quasiment le quart du marché de la convergenceselon IDC. L’adoption de l’hyperconvergence se poursuit à un rythme accéléré puisque les ventes de systèmes hyperconvergés sur cette période ont progressé de 48,5% avec un chiffre d’affaires de 763,4 millions de dollars.

0 Compliments
À propos de l'auteur

Joanna_K

Social Media & Digital MKTG HPE France Publishing on behalf of various authors